Géobiologie et approche scientifique.

Les bases scientifiques de la géobiologie

 

« La découverte de l’asepsie ou le syndrome de Ignace Philippe Semmelweis »

Ce médecin obstétricien hongrois démontra en 1840, que le lavage des mains diminuait le nombre des décès liés à la fièvre puerpérale des femmes après l’accouchement.

Il a fini ces jours dans un asile psychiatrique, car ses théories étaient considérées comme insensées. Ce médecin a été exclu par ses confrères, banni des hôpitaux et des maternités. Déclaré comme fou, parce qu’il obligeait son personnel à se laver les mains avant toute intervention, et à nettoyer soigneusement les instruments utilisés.

En France, le dualisme, théorie philosophique chère à Descartes, défend l’idée que le corps et l’esprit, la pensée et l’expérience sont des notions distinctes et que tout ce qui ne peut pas être prouvé, n’existe pas. Dans son ouvrage « Méditations métaphysiques » paru en 1641, Descartes tente entre autres, de prouver l’existence de Dieu par un raisonnement rigoureux et sans nuances.

Ce fondement de la pensée scientifique, certes brillante, constitue le fer de lance de la recherche française. Cependant, cette approche cartésienne connaît aussi ses limites. Une majorité de nos scientifiques considère que les phénomènes vibratoires en lien avec la géobiologie, ne sont que des fantaisies animées par quelques illuminés, donc indigne d’intérêt.

Pourtant dès les années 1920, de nombreux scientifiques ont prouvé que le lien entre la nature du sous-sol (failles géologiques, veines d’eau et réseaux géomagnétiques) avait un effet nocif sur notre santé. La géobiologie scientifique contemporaine prend forme.

Pour n’en citer que quelques-uns :

Le professeur Arsonval établit en 1927 les indicateurs des maisons à cancers, celles-ci se situent sur des failles géologiques. En 1933, le Professeur Lakhovski établit lui aussi le lien entre cancer et rayonnements telluriques.

Entre 1935 et 1950, le Dr Hartmann, médecin allemand, s’aperçoit dans sa clinique, qu’à certains endroits le taux de mortalité de ses patients est plus élevé. En procédant à l’étude des variations de la résistivité de la peau à l’aide d’un géorythmogramme, il découvre l’existence d’un réseau électro magnétique de faible densité, orienté selon l’axe Nord/Sud et Est/Ouest.

Les mailles de ce réseau constituent des murs énergétiques et sont espacées tous les deux mètres environ. L’énergie dégagée s’avère négative à chaque intersection, notre énergie vitale baisse de plus de 70% sur ces points, dits géopathogènes.

« L’exposition à une zone active (problème géobiologique) est responsable de 60% des maladies et de 70% des cas de cancers, d’où l’intérêt de se préoccuper de ces influences »

Dr Hartmann, Heidelberg-1952

Le physicien allemand Wüzt prouve en 1955, que la présence de rayon gamma d’origine tellurique augmente les risques de rechutes des patients qui sont exposés pendant des longues périodes. En écartant les lits de ces zones géopathogènes, 70% des patients voient leur état de santé s’améliorer significativement.

Deux physiciens, américains, Williams et Lorenz prouvent que les rayonnements liés au radon et aux rayons gamma sont trois fois plus importants la nuit au niveau d’une faille géologique.

Plus proche de nous, le Professeur Yves Rocard démontre dès 1963, que la radiesthésie (méthode de détection bio-sensible utilisant le pendule et les baguettes) répond à des lois physiques, et que cette méthode permet de détecter les faibles anomalies du champ magnétique terrestre.  Ces anomalies agissent directement sur notre tonus musculaire, c’est ce qui permet aux baguettes de réagir. Science et Vie lui consacre même un article en 1963.  Ces travaux tombent en désuétude et il sera mis à l’écart de la communauté scientifique si bien-pensante.

En 1995, la nocivité des champs électromagnétiques Hautes Fréquences a été démontrée par le Professeur Santini de l’Institut National Sciences Appliquées de Lyon. Il faut attendre 2016 pour que les premières mesures soient prises pour limiter leur nocivité.  Mais ces mesures sont encore trop légères au vu de l’ampleur du danger relatif au Wi-Fi et autres micro-ondes qui envahissent notre quotidien. Même si la loi Abeille du 09 février 2016, est une initiative qu’il convient de saluer, elle se contente de proposer des mesures préventives mais n’instaure aucune sanction.

Il existe également certains phénomènes que la science préfère occulter.

En Suisse, les hôpitaux ont leurs coupeurs de feu attitrés, les soins prodigués se font même à distance, sans que le patient et le guérisseur ne se rencontrent. Cela fonctionne pour les brûlures, la radiothérapie et même pour stopper la douleur. En France, quelques centres hospitaliers commencent à travailler avec ces guérisseurs, il y a même des médecins généralistes, qui recommandent de faire appel à un coupeur de feu lorsque les traitements médicamenteux deviennent inefficaces.

D’un point de vue strictement scientifique, il est difficile d’expliquer comment une simple prière peut arrêter une brûlure, ni expliquer pourquoi, il y a après l’arrêt de la brûlure et de la douleur, une accélération de la régénération cutanée. Dans les cas les plus légers, la lésion à complétement disparue dans les premières heures suivant le soin.

Le Feng Shui est une discipline plusieurs fois millénaires, il fait partie intégrante du Yi King, fondement même de la philosophie chinoise. Je ne parle pas de folklore, mais d’un principe énergétique structurant toute une culture dans ses moindres aspects. L’énergie de Vie est appelée Chi, cette énergie doit pouvoir circuler librement dans nos habitations.  Elle permet la régulation du niveau d’énergie dans chaque pièce, elle équilibre les énergies masculines et féminines. Enfin, elle apporte la stabilité et l’harmonisation. Un déséquilibre, un manque de Chi, et nous pouvons rencontrer des problèmes d’ordre affectif, professionnel ou financier. Notre maison est intimement liée à tous les aspects de notre vie.

Le principe du Chi s’applique aussi pour notre corps. Si le Chi ne circule pas correctement en nous, nous allons à plus ou moins long terme au-devant d’importants problèmes de santé.

Notre regard d’occidentaux a longtemps été méprisant quant à cette connaissance ancestrale de l’énergie. L’explication scientifique de ce phénomène reste là aussi complexe. Certains scientifiques français ne se privent pas de reléguer le Feng Shui à une simple croyance et comme étant une superstition de plus.

Pourtant son efficacité est bien réelle, toute personne qui applique en conscience les principes du Feng Shui, verra sa vie modifier positivement.

Même les plus grandes enseignes commerciales, ont compris l’intérêt du Feng Shui et l’ont intégré dans l’organisation de leurs activités.

Pour conclure, je dirais que tous les phénomènes vibratoire et énergétiques, ne s’expliquent pas systématiquement par une approche scientifique classique. Il est trop simple de les reléguer au rang de croyance, parce que cela nous arrange, et nous permet de continuer à appliquer la politique de l’autruche.

Nous avons oublié que nous avons un corps, et que celui-ci est un formidable émetteur récepteur. Notre corps reçoit d’innombrables vibrations (une vibration est une information), provenant de notre environnement. Nous pensons avec notre intellect, avec notre égo, nous nous sommes déconnectés de notre capacité à ressentir, et à nous fier aux messages de notre corps.

Nous nous enfermons dans notre technologie, dans un système de pensée étroit, et dans un environnement de plus en plus formaté. C’est plus rassurant de croire que tout s’explique par a+b=c, mais notre réalité vibratoire ne se limite pas à des équations.